Le DMP (Dossier Médical Partagé) sur Mac

Classé dans : Logiciels et solutions | 0

Après avoir été « Personnel » puis « Personnalisé » , le DMP – Dossier Médical Partagé – se présente comme un carnet de santé numérique hébergeant des données médiales accessibles tant aux patients qu’aux professionnels de santé.

Le projet est lancé par le ministère de la Santé via la loi no 2004-810 du 13 août 2004 relative à l’assurance maladie. Il a pour but de mettre à disposition des professionnels de santé, avec l’accord préalable du patient, des informations médicales (antécédents médicaux, résultats de laboratoire d’analyses, imagerie, traitements en cours) en provenance d’autres professionnels de santé (généralistes, spécialistes, personnel infirmier ou hospitalier) définissant un profil médical de chaque patient.

Il s’agit d’un véritable carnet de santé toujours accessible et sécurisé. L’utilisateur en contrôle l’accès. A part lui, seuls les professionnels de santé autorisés (médecin, infirmier, pharmacien…) peuvent le consulter. Il est conservé sur un espace parfaitement sécurisé et regroupe l’ensemble des informations de santé d’un patient. Le risque d’erreur de prescription est ainsi réduit car les professionnels de la santé connaissent alors les informations clé comme les traitements en cours et les allergies. Le DMP est également sensé permettre de faire des économies. Grâce à l’historique, le patient évite des prescriptions inutiles et parfois dangereuses mais aussi des examens déjà réalisés. La prise en charge est meilleure que ce soit au quotidien ou dans les situations exceptionnelles.

La création d’un DMP peut être effectuée, à l’aide d’une carte Vitale, soit en ligne pour certaines caisses d’Assurance Maladie, soit dans une caisse primaire, soit auprès d’un professionnel de santé équipé d’outils informatiques adaptés.

Comment y accéder en tant que patient ?

Sur Mac, c’est simple : un  navigateur Internet suffit, en allant sur l’adresse https://mondmp3.dmp.gouv.fr/login. L’Assurance Maladie a également sorti en mai dernier une app iOS permettant à chacun d’accéder à son DMP.

On y trouvera bien entendu les pathologies et allergies éventuelles, les antécédents et les traitements en cours, mais aussi les données de remboursement de l’Assurance Maladie ou encore tout document produit en centre de soin (résultats d’examens, comptes-rendus d’hospitalisation, etc.)

Comment le créer ?

En tant que professionnel de santé, la création d’un DMP s’effectue avec la carte Vitale du patient et du logiciel Santé ; pour un médecin équipé de MédiStory et de son module DMP par exemple, il suffira de vérifier que le dossier n’existe pas déjà, puis de le créer en indiquant le courriel du patient, qui recevra alors son mot de passe :

Tout document jugé utile à la coordination des soins peut être ajouté dans le DMP par un professionnel de santé (en exercice libéral, ou en établissement de santé) dès lors que le patient a donné son autorisation d’accès. Chaque établissement peut prévoir, sur la base d’une décision de la CME (Commission Médicale d’Etablissement ou Conférence Médicale d’Etablissement), une alimentation automatisée des DMP de ses patients. L’invisibilité du document sert dans le cas d’une consultation d’annonce ou pour le respect du droit des mineurs pour leur santé.

Le dépôt d’un document s’effectue alors très simplement en piochant dans les documents préalablement créés.

 

De multiples fonctions sont disponibles pour le patient et son médecin traitant (gestion des professionnels bloqués, masquage de documents, accès aux traces, fermeture du DMP, etc.). A la demande du patient, le médecin traitant peut participer à la gestion du DMP. Comme la loi le permet, le patient peut désigner plusieurs médecins traitants « DMP ».

 

Le DMP et la sécurité

Le DMP respecte des exigences de sécurité fortes pour assurer la sécurité et la pérennité des informations échangées. La politique de sécurité du DMP s’appuie sur trois dispositifs importants :

  • Les certificats CPS délivrés par l’ASIP santé qui, tels des pièces d’identités professionnelles électroniques permettent de garantir l’intégrité des accès et des données échangées ;
  • L’Identifiant National de Santé (INS), qui permet l’utilisation d’un identifiant unique pour chaque patient ;
  • L’agrément des hébergeurs de données de santé à caractère personnel, qui permet de garantir les conditions de sécurité et de confidentialité pour le stockage du DMP.

Malgré les craintes initiales liées au secret médical, le DMP séduit de plus en plus de patients. Il garantit un accès aux informations nécessaires pour être parfaitement et rapidement pris en charge médicalement.

 

Il est à noter que l’Assurance Maladie, dans le cadre de la ROSP (Rémunération sur Objectifs de Santé Publique) exige des professionnels de santé que leurs logiciels soient « DMP-compatibles » avant le 31 décembre 2017, il ne faut donc pas tarder ! N’hésitez pas à nous contacter à ce sujet.

Malik BelkacemiM. Belkacemi